Web Statistics

  • Rochefort: Jules de Barquin quitte le Collège

    L´échevin Jules de Barquin va quitter le Collège début 2014. Il avait déjà annoncé le passage de flambeau à l´issue des dernières élections mais il se voit contraint d´anticiper quelque peu sa décision pour des raisons personnelles.

     

    Après 13 ans de présence au collège, Jules de Barquin cède donc sa place à Jean-Pol Lejeune, il reprendra ses attributions, à savoir les travaux, les sports et la forêt. Le transfert se fera lors de la première séance du conseil communal de 2014. Jules de Barquin restera conseiller communal, à l´heure où il quitte l´exécutif, il salue tout le personnel ainsi que la mémoire de ses amis échevins Guy Mullens et Jean Henrotin.

  • ROCHEFORT - Viols en famille à Jemelle, ou durant des chasses .

    ROCHEFORT - Viols en famille à Jemelle, ou durant des chasses : on a rarement vu aussi sordide. Mais le procès attendra. Un reportage a provoqué une nouvelle arrestation.

     

    Nous l’annoncions dans notre édition d’hier, une dame interviewée lors d’un récent reportage d’Indices, sur RTL-TVI, a été placée sous mandat d’arrêt, du chef de non-assistance à personne en danger et de complicité de viols. Ce n’est pas banal. Alors que jusqu’ici, la justice considérait qu’elle n’avait rien à voir dans une sordide histoire, le parquet s’apprêtant à requérir le non-lieu à son bénéfice, la voici derrière les barreaux. L’affaire était fixée ce vendredi en chambre du conseil de Dinant pour un renvoi devant le tribunal correctionnel, il faudra attendre l’année 2014 avant un procès, avec ce rebondissement télévisuel.

    Objet sexuel

    Le cadre de ce sordide dossier : Jemelle, dans la commune de Rochefort. Nous sommes dans une famille vivant à la marge, doux euphémisme. Les rats circulent dans l’habitation, le patriarche tire de temps en temps sur un rongeur.

    Les faits ont été dévoilés lorsque la fille de cette smala a accusé un chasseur de l’avoir violée. Les uns traquent, les autres tirent. Dans ce milieu jemellois, on est forcément dans le monde des traqueurs, pas des chasseurs. Et on semble avoir d’étranges mœurs en famille. L’enquête révélera de lourds soupçons d’abus sexuels sur la même victime, durant une dizaine d’années. Entre 8 et 18 ans environ . Un objet sexuel. Deux frères ont déjà goûté des geôles du royaume, tout comme le père, et deux chasseurs (au départ, neuf personnes étaient inquiétées dans le monde de la chasse).

    Et la mère de famille? Répétons-le, le parquet de Dinant allait réclamer le non-lieu à son bénéfice. Mais lors d’un récent reportage télévisuel, la dame a apporté des informations démontrant sa connaissance de la situation. Elle n’a pas hésité à appeler l’un de ses fils, à mettre le haut-parleur, pour lui faire confirmer qu’il avait couché avec sa sœur . La caméra tournait. Grosse erreur, mais on imagine que l’intéressée n’a pas inventé la poudre. Voilà comment la prénommée Rose-Marie, 45 ans, réside à la prison de Lantin depuis mardi soir.

    Un fils aurait craqué

    Plus question de régler la procédure à la fin de cette semaine, comme c’était prévu. C’est reparti pour des investigations . Il ne faut pas attendre des audiences correctionnelles avant l’année prochaine.

    La plus récente inculpée, d’une longue liste, a pour avocat Me Rodeyns. Me Luc Balleux défend l’un des fils. Me François Dessy représente l’un des chasseurs . Me Renaud Duquesne, lui, y est pour le père de famille. Qui nie. Sa fille l’a accusé, avant de se rétracter. Mais l’un des fils a accusé le patriarche de viol, en précisant que cela se passait lorsque ce dernier se trouvait en état d’ébriété. Un test au détecteur de mensonge n’a pu confondre l’inculpé paternel.

    L’arrestation de la mère, selon nos informations, apporte du nouveau. L’un des fils aurait balancé qu’elle savait tout, il aurait craqué.

    Voilà le topo sur une affaire sordide . D’un niveau rarement atteint, dans l’arrondissement de Dinant.

  • Deux fournisseurs de la Cour à Rochefort

    ROCHEFORT - Le nouveau couple royal a arrêté la nouvelle liste de ses fournisseurs : au niveau charcuterie on garde les mêmes. Rochefort compte ainsi deux fournisseurs les boucheries "Au Cochon d’or " et la SPRL Libotte-Flahaux.

     

    + Les Potstainiers hutois à nouveau fournisseur breveté de la Cour

    Philippe et Mathilde n’ont pas changé leurs fournisseurs de charcuterie. Les générations passent, les goûts demeurent.

    « J’attends la réponse.  C’est fait, je suis dedans? Tant mieux, c’est important. » : la journée d’Alain Saegermans est à la tête de la boucherie « Au cochon d’or », à Rochefort. Il est de nouveau dans la liste des fournisseurs brevetés de la Cour de Belgique (comme son collègue Libotte-Flahaux). Qui dit changement de couple royal, dit renouvellement de la liste des fournisseurs.

     « On avait introduit la demande en juillet. » La réponse vient de tomber. «  Ici, on pouvait être écarté. » Car le nouveau couple n’a pas nécessairement les mêmes goûts.

    Philippe et Mathilde  : la continuité

    Mais question charcuterie et viande de premier choix, Philippe et Mathilde restent fidèles. « Nous étions sur la liste depuis 2002. Mais avant d’y être il faut être fournisseur pendant 5 ans avant de pouvoir introduire sa demande. »

    Ce que cela apporte? 

    « En plus du privilège, c’est bien aussi pour les touristes. » Mais ce n’est pas pour ça que l’on peut afficher cela en grand les armes royales sur la vitrine. « Cela doit être discret. On peut les mettre sur le papier d’emballage en tout petit, par exemple, parce que nous sommes producteur. Et ne pas oublier de le souligner dans les différentes langues du pays.»

    Le roi comme le commun des mortels

    Si cela apporte un plus, ces clients si spéciaux sont-ils exigeants? « Nous travaillons les produits exactement de la même manière pour tout le monde. Quand il y a une commande, c’est juste du travail supplémentaire. »

    Parole de boucher, le devoir de réserve est de mise : vous ne saurez rien sur les goûts royaux en matière de charcuterie. Mais une chose est sûr le Roi venait parfois faire sa commande en personne. « Cela a surpris plus d’un client. »

  • Rochefort : trois ans requis pour le professeur aux mains baladeuses

    Rochefort : trois ans requis pour le professeur aux mains baladeuses             

     

     

     

     

    Attentat aux mœurs dans le monde virtuel, mais aussi agressions physiques d’une mineure : le prof de musique reconnaît , et se décrit comme un pédophile.
     

    Attentat aux mœurs dans le monde virtuel, mais aussi agressions physiques d’une mineure : le prof de musique reconnaît

    ROCHEFORT - Il a été contraint de démissionner de l’institut Jean XXIII,à Rochefort. L’enquête qui a suivi a dévoilé un pédophile. En aveux, le parquet requiert trois ans de prison.

    Il a été professeur de religion et de musique, à l’institut Jean XXIII, à Rochefort. Un jour, il s’est retrouvé chez le directeur, il a été contraint de donner sa démission. Motif : le jeune prof avait échangé avec une jeune élève sur une messagerie instantanée (MSN) et sur le réseau social Facebook. À chaque fois, la jeune fille tentait de changer de sujet, mais il revenait toujours avec du sexe. Viré. Mais cela ne s’arrête pas là. L’enquête a révélé des faits bien plus graves: le viol et des attentats à la pudeur sur sa propre nièce. Cela se passait à Marloie.

    Dans le lot des préventions, il y a d’autres relations, cette fois virtuelles, avec des mineures d’âge. Dont une gamine de Mouscron devant laquelle il s’est exhibé, via webcam. De l’autre côté de l’écran, la fillette rigolait… en présence de sa mère. Cette dernière est également poursuivie. Le parquet requiert un an de prison à son encontre.

    L’expertise psychiatrique est inquiétante. Une psy a décrit le professeur comme les bulles qui flottent sur l’eau. On les perce, et elles réapparaissent. Il ne «serait pas intimement convaincu de la gravité des faits». L’équilibre reste instable, conclut le substitut Kathleen Michel. Dans son réquisitoire, elle réclame une peine de trois ans de prison. «Et si vous accordez du sursis, parmi les conditions, il faudrait qu’il ne se trouve pas seul avec des mineurs».

  • Récupération et exposition

    Récupérations - Exposition

    Dernière modification 07/11/2013 10:35

    Une exposition de trois artistes où la récupération est mise à l’honneur

     

    Récupérations

    Du lundi 11 au lundi 25 novembre 2013 de 14 à 17h

    Au Centre Culturel de Rochefort

     

    Ingrid Barnich, Hugues Leroy et Dominique Garny dévoilent leur savoir-faire et leur créativité à travers des œuvres parfois burlesques et surprenantes. Une exposition où la récupération est mise à l’honneur.

    Ingrid expose ses luminaires et mobiles au départ de capsules de bouteilles.

    Hugues expose entre autres mosaïques et assemblages son hommage aux Rita Mitsouko.

    Dominique nous fait découvrir l’histoire incroyable de Tjossef Tcherkassof mais aussi de « la Léopoldine » et de sa station d’énergie.

    Renseignements :
    Centre Culturel des Roches : Rue de Behogne, 5 - 5580 Rochefort - Tél: 084 22 13 76 - Fax : 084 43 36 76
    ccr.rochefort@skynet.be - www.ccr-rochefort.be - Facebook : Centre Culturel Rochefort
    Réservation Syndicat d’Initiative : 084 22 37 57 de 11h à 16h

  • Rencontre avec Jean-Claude Servais

    Rencontre avec Jean-Claude Servais

             

    A l'occasion des 25 ans de la bibliothèque communale de Rochefort, nous recevrons Jean-Claude Servais. Une rencontre, suivie par un buffet gourmand.

    Rencontre avec Jean-Claude Servais

     

     

    A l'occasion des 25 ans de la bibliothèque communale de Rochefort, nous recevrons Jean-Claude Servais.

    Le vendredi 15 novembre à partir de 18h au Centre Culturel des Roches.

    La rencontre sera suivie par un buffet gourmand.

    Le prix de l'entrée sera de 5€ (boissons non comprises).

    La réservation est obligatoire avant le 11 novembre.

    Avec la participation de la librairie "Libre à toi".

    Pour plus d'info, n'hésitez pas à contacter la bibliothèque.