Web Statistics

Pegasus Remembrance Week-end 2014 a Bure

_DSC0040.JPGLors de ce week-end de commémoration  des sauts en parachutes étaint prévus , ais la météo en a décidé autrement

 

Excuses et remerciements pour la partie "largage" de ce week-end de commémorations.

Merci pour vos diverses réactions à ce que nous vivons malgré tout comme un échec (pour la partie saut en tous cas)
J'étais à la porte du CESNA et je devais être le premier des 22 parachutistes engagés dans ce largage. Nous étions très enthousiastes et sûr que cette fois nous allions réussir notre coup.
Nous avon...s survolé HOTTON sous un ardent soleil et une visibilité parfaite.
Lorsque nous avons symboliquement survolé le cimetière Britannique; je pouvais clairement distinguer les stèles blanches dans le carré de pelouse; nous étions alors à 5' du targuet.
Nous étions cependant très secoués par les très fortes rafales de vent qui n'auguraient rien de bon; et deux minutes plus tard nous volions par visibilité nulle en pleins nuages.

Au-dessus de DZ nous ne voyions absolument rien; le plafond était descendu brusquement à moins de 750 pieds (+- 230 M).
Il est impératif que le largueur voit la DZ et il nous faut une altitude minimum de 1000 à 1200 pieds ( +- 300 à 360 M) pour avoir une chance d’entamer une procédure de secours en cas de mal fonction de notre parachute principal.
Un homme tombe en moyenne à 55 m/S en chute libre suivant le poids et la position.
A 1200 pieds cela laisse au parachutiste +- 7 sec pour tenter de sauver sa vie.
Le largueur; Ian MARSHALL; a du prendre la difficile décision de rebrousser chemin vers SPA.
Il est le patron à bord et le seul a prendre les décisions, parfois difficiles.
Il a dans ce cas pris la seule décision qui s'imposait à lui, celle de ramener tout le monde entier.
C'est la loi du parachutisme. La météo a toujours le dernier mot et ( comme nous avons encore pu le constater) elle n'est pas une science exacte.
Les prévisions restent aléatoires; même quand elles viennent des plus professionnelles instances nationales en la matière.

Dans ces cas nous serions pourtant prêt à prendre tous les risques, car nous savons que des gens nous attendent en bas.
Mais il faut alors rester professionnel et se faire violence.
C'est; vous l’imaginez; avec un terrible sentiment de frustration que nous sommes repartis vers SPA, car nous savions que des gens nous attendaient en bas, et notamment nos deux vétérans.

Nous vivons cette expérience comme un échec encore plus amer que celui de l'an dernier, ou les conditions météo empêchaient toute illusion de saut.
Après 5 mois de travail nous touchions le but et la nature nous a retiré des mains le fruit de notre travail.
Aujourd'hui encore je suis "KO debout" et j'ai du mal a avaler la déconvenue d'hier; pour moi; mais aussi pour tous les parachutistes et membres de notre groupe qui ont fait l'effort de s'investir dans notre projet.

Cette année nous avons fait un maximum pour communiquer avec le public et éviter les désagréments de l'attente inutile et de l'annulation; mais une fois dans l'avion il est trop tard.

Les hommes du SFG; dont vous avez apperçu le C130 dans le ciel de BURE; ont d'ailleurs vécu la même déconvenue deux heures plus tard.

Vous devez savoir que ce saut était entièrement financé par nos parachutistes du "Pathfinder Parachute Group" eux-mêmes !
Nous n'avons le soutien financier de personne !
L'avion est venu des Pays-Bas vers SPA (2 heures de vol aller-retour) car les clubs parachutistes belges que nous avons sollicités n'ont pas désiré collaborer à notre projet; ni la défense.
Cette aventure nous a coûté plusieurs milliers d'euros pour rien, car chaque minute de vol doit être payée; ainsi que les frais administratifs; d'aéroport; de transport et autres.
Pour certains parachutistes venu d’Angleterre, de Norvège; voir des USA pour l'un d'entre-eux; l'addition est extrêmement lourde car aucun d'entre nous n'est riche; mais tous sont passionnés.

Il va donc falloir que nous réfléchissions sérieusement et raisonnablement à l'opportunité d'envisager une troisième tentative l'an prochain à l'occasion du 70ème anniversaire de la bataille de BURE.

Un chaleureux "MERCI" à toutes les personnes et amis qui ont fait le déplacement et qui ont montré un intérêt pour ce largage; nous sommes désolés de la tournure des événements.

Merci à mon ami Pieter CASTELYN; qui était mon associé belge de "Pathfinder" pour l’organisation de ce saut. Il a fait un gros travail, notamment au niveau de "l'avionnage".
Comme quoi, un Wallon et un Flamand peuvent encore former une bonne équipe .

Merci aux personnes qui nous ont aidées d'une manière ou d'une autre; la commune de TELLIN; la Police; les agriculteurs qui nous ont autorisés à utiliser leurs champs; le collège d'Alzon qui nous a généreusement prêté son hall de sport pour le pliage de nos parachutes et l'entrainement de nos parachutistes; le club US BURE dont nous avons utilisé les installations; toutes les "petites mains" comme les membres de ma famille qui ont aidé à la réalisation de ce week-end, mais aussi à toutes les personnes qui ont fait la publicité de l’événement.
Merci aussi à TVLux et le journal "L'avenir"; entre autres; pour l'intérêt qu'ils ont montré pour ces commémorations.

Merci bien entendu à nos deux vétérans; John "Jock" HUTTON et Herbert "Bert" MARSH; ainsi qu'aux descendants de vétérans SAS Belges comme Fred VAN HAZENDONK, Raymond HOLVOET, Arnould D'Oultremont, Patrick CREVECOEUR; pour ne citer qu'eux; pour leur présence qui donne bien entendu tout son sens à ce que nous faisons .

J'ai téléphoné hier soir à Michel BOURLAND et je me réjouis du succès qu'à eu; "au sol"; l'ensemble de ce week-end; il ne faut évidemment pas le perdre de vue.
Je laisse à mon ami Michel le soin de nous apporter ces conclusions et commentaires car je n'y étais malheureusement pas.

Par ailleurs nos deux vétérans ont passé un excellent week-end et vous transmettent également leur plus vif remerciements pour l'accueil chaleureux de la population belge.

Serge LOSLEVER pour "Pathfinder Parachute Group Europe"

Commentaires